Fin du fonds de solidarité pour les entreprises : vers un nouveau dispositif à partir du 1er octobre

Le ministère de l’Économie a détaillé ce lundi 30 août les nouvelles conditions faites aux entreprises pour obtenir des aides de l’État, face à la crise du Covid-19. Le fonds de solidarité disparaîtra le 30 septembre. Bruno Le Maire a confirmé la fin du « quoi qu’il en coûte ».

Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire en réunion à Paris lundi 30 août 2021. | ERIC PIERMONT / AFP


Bruno Le Maire
, ministre de l’Économie, a présenté ce lundi 30 août 2021 à la presse le nouveau dispositif d’aide aux secteurs économiques touchés par la crise du Covid-19, après la fin du « quoi qu’il en coûte ». Voici ce qu’il faut retenir.

Le fonds de solidarité pour les entreprises supprimé à partir du 30 septembre

Le fonds de solidarité pour les entreprises sera supprimé le 30 septembre, a annoncé Bruno Le Maire. Seuls les départements et territoires d’Outre-mer le conserveront, en raison de la situation épidémique et des décisions prises sur place. L’État ajoute une condition pour en bénéficier jusqu’au 30 septembre : avoir un chiffre d’affaires minimal de 15 %.

Un dispositif sur mesure à partir du 1er octobre

Le dispositif de « coûts fixes », aujourd’hui réservé aux entreprises ayant un chiffre d’affaires supérieur à un million d’euros, sera étendu à toutes les entreprises du tourisme et du secteur S1bis à partir du 1er octobre. Les entreprises de moins de 50 salariés seront soutenues à hauteur de 90 % de leurs coûts fixes par l’État, et celles de plus de 50 salariés à hauteur de 70 %.

« Cela prendra plus de temps », prévient Bruno Le Maire. Au lieu de quelques jours pour le fonds de solidarité, les entreprises recevront leurs aides en « quelques semaines ».

Certains secteurs bénéficieront de plans spécifiques

Bruno Le Maire a annoncé des plans d’action spécifiques pour certains secteurs, comme l’événementiel, « qui a besoin de visibilité », les agences de voyages car « les vols ne vont pas reprendre du jour au lendemain » et les activités liées à la montagne.

Bruno Le Maire a également prévu une « clause de revoyure » pour début novembre, souhaitant garder un « dialogue ininterrompu ».

« Le passe sanitaire n’a pas d’impact sur l’activité économique », ou presque

Pour le ministre de l’Économie, « le retour à la normale a commencé »« L’activité économique tourne à 99 % de ses capacités d’avant-crise » et « le passe sanitaire n’a pas d’impact sur l’activité économique », affirme-t-il.

Il note quelques exceptions, comme les centres commerciaux concernés par le passe sanitaire et qui connaissent une baisse de fréquentation « significative ».

Bruno Le Maire rapporte enfin qu’une croissance de 6 % est attendue pour l’année 2021, avec un retour à l’activité d’avant-crise d’ici à la fin de l’année 2021.

Source : Ouest France


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *