Covid-19 : comment l’oxygène français vient en aide à l’Inde

L’Inde est plus que jamais submergée par le Covid-19. En première ligne face à la pandémie avec le Brésil, le pays a enregistré près de 400 000 nouvelles contaminations en 24 heures. Le pays comptait aussi 3689 décès supplémentaires dimanche, soit la plus forte augmentation jamais répertoriée en une journée, portant le bilan total à plus de 215 000 morts. 

Usines à oxygène envoyées par Paris, respirateurs par Londres… L’aide médicale internationale, annoncée par plus de quarante pays, continue d’affluer. Dimanche, un avion-cargo affrété par la France a atterri à New Delhi avec 28 tonnes d’équipement médical à son bord, dont huit générateurs d’oxygène de grande capacité. 

Pouvoir respirer à nouveau 

Les générateurs d’oxygène envoyés par la France vont permettre de produire de l’oxygène « à partir de l’air ambiant » des bâtiments, précise Le Parisien, selon qui chacune des centrales pourra « alimenter un hôpital indien de 250 lits sans interruption, pendant une dizaine d’années ». 

Les caisses qui arrivent dans les hôpitaux, marquées des drapeaux indien et français, contiennent les produits d’une petite usine à oxygène manufacturés par Novair, une PME française, souligne le quotidien qui cite la vice-présidente de l’hôpital, Sanjay Mehta : « Cet équipement va permettre de sauver des vies ». 

Solidarité mutuelle

En effet, l’Inde, littéralement à bout de souffle, souffre d’un cruel manque de matériel pour ses patients atteints du Covid-19. Les hôpitaux de la capitale indienne sont submergés et connaissent des pénuries de lits, de médicaments et d’oxygène aux conséquences souvent fatales pour de nombreuses personnes, qui meurent devant les établissements sans pouvoir être soignées.

Le système de santé indien est réputé sous équipé mais jamais, assure le corps médical, il n’avait autant perdu le contrôle dans une crise sanitaire. « La difficulté numéro un est d’arriver à trouver de l’oxygène », expliquait à L’Express Arvind Kejriwal, chef du gouvernement du territoire de Delhi. Quand, les autorités de Delhi estimaient avoir besoin de 378 tonnes d’oxygène par jour, le lendemain, elles parlaient de 480 tonnes et cinq jours plus tard de 700 tonnes. 

« L’Inde nous a aidés l’année dernière dans les hôpitaux français, quand les besoins en médicaments étaient énormes. Le peuple français s’en souvient », a déclaré dimanche Emmanuel Lenain, l’ambassadeur de France en Inde qui a par ailleurs précisé que « ce matériel [français] pourra être installé dans les heures qui viennent », rapporte Le Parisien. En effet, l’an dernier, c’est l’Inde qui avait aidé la France quand elle manquait de médicaments. 

De l’aide internationale

La France n’est pas le seul pays à venir en aide à l’Inde. Après l’aide américaine de plus de 400 bouteilles d’oxygène et un million de tests de dépistage arrivée vendredi, l’Inde a réceptionné samedi 120 respirateurs en provenance d’Allemagne. « Nous apportons une aide qui (…) sauvera des vies », a déclaré l’ambassadeur d’Allemagne en Inde, Walter J. Lindner. 

Les autorités de New Delhi ont annoncé samedi le prolongement du confinement pour une semaine supplémentaire dans l’immense cité de 20 millions d’habitants. La plupart de ses cimetières sont désormais pleins et nombre de crématoriums fonctionnent en continu, l’afflux de décès obligeant parfois à incinérer des corps sur des terrains vagues ou des parkings. Dimanche, l’État oriental d’Odisha a, à son tour, décrété un confinement pour ralentir la propagation de l’épidémie. 

Samedi, l’Inde a ouvert la vaccination contre le Covid-19 à l’ensemble de sa population adulte, soit quelque 600 millions de personnes. Jusqu’à présent, environ 150 millions de vaccins ont été administrés au total, soit à 11,5% de la population seulement, et à peine 25 millions d’habitants ont reçu leurs deux injections.

Source : L’Express


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *